« Si un groupe veut faire exploser les droits TV en Afrique, il se trompe » – JeuneAfrique.com – La synthèse de l’actualité sportive

Le Camerounais Grégoire Ndjaka, directeur général de l’Union africaine de radiodiffusion (UAR), suit de près les bouleversements audiovisuels sur le continent. Il rappelle que l’organisation qu’il dirige entend veiller au réalisme des droits de transmission TV des matchs de la CAN et du CHAN.

Jeune Afrique : Le contrat entre la Confédération africaine de football (CAF) et Lagardère a été rompu, à l’initiative de l’instance. Comment analysez-vous ce coup de tonnerre ?

Grégoire Ndjaka : La CAF a expliqué avoir pris cette décision en raison d’un jugement rendu par la justice égyptienne. J’ai été, comme tout le monde, assez étonné, car nous avions l’impression qu’entre la CAF et Lagardère, les choses fonctionnaient normalement depuis un certain temps.

Quand le contrat à un milliard de dollars a été signé, en 2017 (par Issa Hayatou, ancien président de la CAF, ndlr), j’avais trouvé que sa durée (onze ans) était très longue, mais que le montant était intéressant pour le football africain. Si la CAF y a mis fin, avec toutes les conséquences que cela peut avoir, c’est qu’elle sait déjà qui va remplacer Lagardère.

On évoque les Chinois de Wanda Group…



L’équipe De La Rédaction – Tél : (00224) 623444004