Le rapport final sur l’état de la protection sociale validé

Les travaux de la première édition de la conférence nationale sur la protection sociale ont pris fin ce jeudi, 11 mars 2021, dans un réceptif hôtelier de la place. Durant deux jours, les participants ont examiné et valider le rapport final sur la protection sociale en Guinée.

Après deux jours d’intense travaux, Madame la Ministre de l’action sociale et de l’enfance s’est réjoui du travail accompli par ses cadres avant d’indiquer que la Guinée dispose désormais d’un rapport objectif sur la protection sociale.

« Par la volonté de fournir aux gouvernants et à leurs partenaires un rapport apuré sur la question, vous avez toiletté le Rapport proposé par le Consultant en éliminant tout élément considéré comme informations
approximatives ou erronées. Nous sommes donc en droit de considérer que dès lors, la Guinée dispose d’un Rapport objectif sur l’état de la protection sociale. Le Rapport dans sa version définitive va relever les forces de notre système, identifier les insuffisances et goulots d’étranglement et enfin, proposer des mesures de correction. Dans ces conditions, la seconde édition prévue en 2022, est vivement attendue et se veut porteuse d’innovations », a t-elle indiqué.

Poursuivant, Hadja Aissata Daffé a souligné que le monde dans lequel nous vivons révèle chaque jour le besoin ardent et la nécessité impérieuse d’affronter des risques, de surmonter des chocs ou de braver les difficultés du quotidien. En permanence, nous sommes en proie à des transformations sociales considérables alimentées par des vagues de migration, I’urbanisation, le changement climatique, les épidémies, les catastrophes naturelles, le vieillissement de la population, le handicap, l’explosion démographique ou la pauvreté croissante.

« Malheureusement, nous ne sommes pas dans les mêmes conditions d’existence pour résister face à ce faisceau de facteurs qui affectent négativement le cycle de vie. Les expériences consécutives de l’Epidémie Ebola et de la Pandémie de COVID-19 nous l’ont prouvé à suffisance. Au vu de l’ampleur de ces facteurs, de nombreux États ont préféré jeter leur dévolu sur la protection sociale comme arme pour se mettre à l’abri. Ces facteurs sont des occasions pour favoriser I’inclusion sociale ou l’exclusion, si rien n’est fait pour l’empêcher. En cela, je voudrais remercier mes devancières pour avoir initié l’élaboration de la Politique nationale de Protection sociale depuis 2014 et d’en avoir posé les jalons », a t-elle fait savoir.

Hadja Aissata Daffé n’a pas passé sous silence sa satisfaction pour le contenu de la nouvelle Lettre de mission du Département qui renforce le champ d’action de mon département en lui accordant notamment la responsabilité d’élaborer des textes législatifs et réglementaires sur la protection sociale. Pour cela, elle pris l’engagement personnel à s’employer au suivi de la mise en place du mécanisme de coordination qui manque cruellement aux interventions. Elle aussi profité pour solliciter auprès de tous nos partenaires le renforcement des capacités institutionnelles des acteurs qui ont la responsabilité de mettre en oeuvre ce sujet qu’il n’est plus possible d’éluder ou d’en minimiser la teneur.

Madame la Ministre de l’action sociale et l’enfance a aussi exprimé sa reconnaissance à l’endroit des partenaires techniques et financiers que sont l’Unicef, la Banque mondiale, le BIT, le PNUD, le PAM et toutes les autres institutions qui soutiennent le Gouvernement dans son engagement à combattre la pauvreté et à réduire les effets de la vulnérabilité.

Kerfalla Touré 626 41 92 88

L’équipe De La Rédaction – Tél : (00224) 628954199