« Je ne vais pas pleurer sur le banc ou sur Twitter et Instagram » – La synthèse de l’actualité sportive


Après une saison rookie où il avait eu tout le luxe de s’exprimer et d’apprendre en faisant des erreurs, cette fois les coachs new yorkais n’ont pas offert de passe-droit au jeune ailier. Sous David Fizdale il a vu son temps de jeu se réduire et le scénario se répète avec Mike Miller. Alors qu’on attend une grosse progression entre la première et la seconde année, Kevin Knox ne suit pas ce chemin. Hier il a confié qu’il avait été ralenti cet été par une blessure, mais ne veut pas l’utiliser comme excuse.

« J’ai beaucoup de travaillé au début de l’été. » A déclaré Knox au New York Post. « C’était une petite blessure au genou. La blessure m’a empêché de m’entraîner pendant un mois ou deux, mais ça n’avait rien à voir avec cet été. »

Limité à 38.5% aux tirs, il affiche toujours de grosses carences en terme de QI basket, et il paie la concurrence de joueurs comme Marcus Morris ou récemment Reggie Bullock, comme l’explique Mike Miller. Dimanche contre les Clippers au Staples Center, il a passé toute la seconde mi-temps sur le banc.

“Les rotations sont devenues un peu serrées, mais ce n’est rien de grave.” A expliqué le jeune sophomore. “J’étais heureux sur le banc à soutenir mon équipe, à l’encourager.”

Le jeune ailier compte bien rester optimiste même si son développement est en quelque sorte freiné.

“Les gens de mon entourage me disent de rester concentré et de ne pas trop me lamenter. J’ai beaucoup de travail à faire. Je ne vais pas bouder et pleurer sur le banc ou aller sur Twitter et Instagram pour pleurer.”

Avec un temps de jeu plus réduit, Kevin Knox doit tout de même s’accrocher et continuer de travailler s’il veut obtenir plus de minutes. Le 9 ° choix de la draft 2018 présenté comme un diamant brut va devoir alors redoubler d’efforts.

Source ici



L’équipe De La Rédaction – Tél : (00224) 623444004